Projet SEXVAP

Projet SEXVAP

femme enceinte

Impact de l’activité sexuelle sur l’efficacité de la progestérone vaginale : une étude pour améliorer les chances de grossesse en assistance médicale à la procréation.

L’étude examine comment les rapports sexuels peuvent influencer l’absorption de la progestérone vaginale chez les femmes traitées pour des problèmes d’infertilité. La progestérone est essentielle pour la réussite de la grossesse, et son utilisation est courante dans les traitements de procréation médicalement assistée.

Certaines recherches suggèrent que la concentration en progestérone peut être affectée par les rapports sexuels, ce qui soulève des questions importantes. Devrait-on éviter les rapports pendant le traitement hormonal substitutif ? Comment la progestérone est-elle absorbée après les rapports ? Les préservatifs peuvent-ils aider à résoudre ce problème ?

L’étude évaluera la progestéronémie dans trois situations différentes : abstinence, rapports protégés par préservatif et rapports non protégés. Cela permettra de déterminer si l’utilisation de préservatifs peut améliorer l’efficacité de la progestérone vaginale et, par conséquent, augmenter les chances de grossesse.

Il s’agit de la première étude visant à comprendre l’efficacité des préservatifs dans le maintien de l’absorption vaginale de la progestérone. Améliorer cette absorption pourrait bénéficier aux femmes en traitement de procréation assistée, tout en préservant la vie sexuelle des couples confrontés à des défis médicaux et psychologiques.

Mécène(s) : 

Laboratoires Genévrier devenu IBSA PHARMA, Gédeon, Ferring